François Emmanuel

Ecoute bien, Anantha. C’est l’histoire d’un homme et d’un cheval. Pendant des années ils sont amis dans la prairie. Quand l’un est fatigué, l’autre marche. Quand l’un parle, l’autre écoute. Et jamais, au grand jamais, ils n’imaginent être séparés l’un de l’autre. Une nuit la jument s’en va. L’homme se lève au matin et il découvre le licou pendant. Il pense à un voleur, mais il n’y a autour de l’enclos aucune autre trace que des sabots ferrés. Alors il la piste dans la plaine, il suit un vague tracé d’herbe foulée, elle est plus loin encore, toujours plus loin. La végétation change,… Lire la suite

(La Partie d’échecs indiens, p187-189)