Théâtre

Pour le théâtre j’écris des cérémonies.

Comment elles se fêlent et se brisent.

Comment en se brisant elles ouvrent à une certaine lumière.

Au théâtre j’aimerais donner voix à notre humanité profonde, notre enfance profonde, notre folie profonde.

Et je cherche la langue simple et imparfaite, détraquée parfois, tâtonnante, vivante.

Comme la langue de nos rêves est une langue plus intime, plus insaisissable et plus vraie que la langue de nos jours.

Car le théâtre est un lieu qui s’est affranchi de la parole ordinaire.

Pour moi les plus beaux espaces de théâtre sont les chapelles aux murs nus où flotte encore une vieille odeur de sacré.

F.E.

« Certains ont eu des lieux de méditation, des rituels, des mythes, comme formes et espaces de recueillement. Nous pouvons peut-être avoir des lieux de théâtre. Des lieux où, même si les quêtes d’aujourd’hui paraissent absurdes, vides, parce qu’on a perdu l’origine des mondes, on entend toujours un appel, sans savoir d’où. »

Claude Regy, Espaces perdus